fbpx
Matsyasana : comme un poisson dans l’eau…

Date

Ceux qui ont déjà pris un cours avec moi le savent déjà : j’affectionne tout particulièrement Matsyasana, la posture du poisson. C’est une posture reconnue pour travailler sur l’ouverture de la poitrine et donc sur Anahata chakra, le chakra du coeur. Mais si je l’affectionne tant c’est pour ses bienfaits en terme de libération des émotions. Ses effets peuvent être tellement puissants qu’il n’est pas rare qu’elle provoque des larmes. Voyons ensemble comment cela fonctionne…

Premièrement, je ne pourrais nier que mon attrait pour cette posture vient très certainement de son nom. Pour une passionnée de mer comme moi, la posture du poisson se réfère nécessairement à toute une symbolique aquatique qui me parle très profondément. Si on observe un poisson sous l’eau on lui envie nécessairement la fluidité de ses déplacements et le calme avec lequel il se déplace dans le silence des fonds marins. C’est ce calme qui caractérise ses déplacements qui est à l’origine de l’expression : « comme un poisson dans l’eau ». Le poisson est en harmonie complète avec son environnement aquatique et c’est à cette harmonie que l’on se réfère lorsqu’on utilise cette expression.

Et bien je dirais que Matsyasana nous propose d’être en harmonie avec nos émotions. Elle nous propose un travail énergétique très puissant qui permet de se libérer d’un trop plein émotionnel et, lorsque je l’ai pratiquée la première fois dans une variation que je vous décrirai plus bas, j’ai senti beaucoup de souffrance émotionnelle quitter mon corps en même temps que je sentais de grosses larmes couler sur mes joues. Et il n’est pas rare que je vois ces mêmes larmes sur le visage de mes élèves et je les invite toujours à lâcher prise, à accepter cette décharge émotionnelle telle qu’elle se propose.

Matsyasana, dans sa version classique du hatha yoga, se pratique comme indiqué dans l’illustration en haut de page. On entre dans la posture en étant allongé(e) sur le dos. Puis on va se tortiller d’un côté à l’autre pour venir placer les paumes de mains sous nos fessiers, en rapprochant nos coudes l’un de l’autre le plus possible. Sur une inspiration, on va ensuite pousser avec les coudes dans le sol pour soulever le haut du corps et regarder en direction de nos orteils. Puis, sur une expiration, on laissera notre tête basculer vers l’arrière pour laisser le sommet de notre crâne toucher légèrement le sol. Les bras restent ensuite bien actifs pour que le poids du haut du corps repose alors à 90% sur nos coudes et nos avants-bras et à 10% sur le sommet de notre tête. Nos jambes, elles, restent allongées, détendues sur le sol.

Dans une version plus avancée de Matsyasana, que l’on retrouve dans l’ashtanga, nos jambes sont en posture du lotus et nos mains saisissent nos pieds pour nous faire garder la posture. Une posture qui me semble intéressante car elle nous propose une ouverture du bassin, en plus de l’ouverture du haut du corps.

En effet, Matsyasana nous propose d’ouvrir notre poitrine et donc de travailler sur Anahata chakra, le chakra du coeur. C’est le lieu dans lequel se trouve notre compassion, notre bienveillance et notre amour universel. Ouvrir cette partie du corps, c’est s’ouvrir à tout ce que contient cette zone émotionnellement. C’est l’activation de cette zone qui pourra parfois nous soutirer certaines larmes. Je vous conseille d’accepter alors tout ce qui se propose à vous car ce sont très certainement des émotions que vous ne vous êtes pas permis(e) de vivre qui s’expriment à ce moment là. Laissez-les s’échapper…

Car en effet, c’est également l’activation de Vishuddi chakra, le chakra de la gorge, qui vous aide à exprimer ce trop plein émotionnel. En faisant basculer votre tête vers l’arrière, vous ouvrez votre gorge et permettez à Vishuddhi chakra, le chakra qui nous offre notre capacité d’expression, de faire son travail.

Enfin, si on pratique la version plus avancée, avec les jambes en position du lotus, l’ouverture du bassin que cette posture propose nous permet de travailler sur Svadhistana chakra, le chakra sacré. Situé au niveau des organes reproductifs, il est reconnu comme le chakra contenant nos émotions positives et négatives. Activer cette zone du corps lorsque la poitrine et la gorge sont ouvertes c’est permettre à nos joies, nos tristesses, nos peurs et nos colères de s’exprimer, de sortir de notre corps. On opère une véritable détox de ce trop plein émotionnel souvent accumulé par notre système nerveux.

Cependant, cette dernière posture est d’un niveau un peu avancé et elle est musculairement assez intense. De plus, les bénéfices de Matsyasana sont tellement intéressants qu’on aimerait maintenir la posture assez longuement pour en profiter au maximum. C’est pourquoi je vous propose une variation plus douce, utilisant une brique, qui permet un relâchement encore plus complet…

On va venir positionner cette brique entre les homoplates et déposer notre colonne vertébrale dessus de sorte à soulever la poitrine et on laissera le haut du crâne redescendre vers le sol. On ouvrira alors les deux bras à 45° sur les côtés pour détendre les épaules, zone dans laquelle se loge notre stress. Puis on pliera les genoux et joindra les plantes de pieds ensembles pour laisser retomber les genoux sur les côtés et former un papillon avec nos jambes. Ici, dans cette posture d’ouverture du bassin, de la poitrine et de la gorge, on pratique une profonde respiration complète : on emplit la gorge, les poumons et l’abdomen d’énergie et de positivité sur l’inspiration et on expire toutes nos tensions, tout ce qui est superflu. Je vous propose également, exceptionnellement, d’expirer avec la bouche dans cette posture pour libérer encore plus la zone de la gorge.

Si vous sentez des douleurs dans vos cervicales, vous pouvez, comme sur l’illustration ci-dessous, utiliser un bolster à la place de la brique pour ne pas laisser votre tête retomber complètement vers l’arrière. Et si vous sentez des tensions dans les genoux ou le bassin, vous pouvez également déposer des briques sous vos cuisses.

Je vous propose donc d’inclure cette variation du poisson dans votre pratique lorsque vous ressentez un trop plein émotionnel. Une pratique quotidienne et bienveillante envers vous-même pourrait être constituée de quelques salutations au soleil pour vous échauffer suivies de quelques respirations en Savasana (posture de détente allongée). Vous pourriez ensuite continuer avec Sarvangasana, la posture sur les épaules (nommée aussi la chandelle) pendant au moins une minute puis enchaîner avec la variation douce de Matsyasana pendant au moins 3 minutes. Après l’enchaînement des deux postures, je vous conseille de vous détendre en Savasana quelques respirations pour observer la combinaison des deux postures dans votre corps. Puis je vous propose de pratiquer une contre-posture en pliant vos genoux à la poitrine, en les enlaçant et en rapprochant votre front de vos genoux au maximum. Vous pourrez ensuite retourner en Savasana pour la relaxation finale…

Posologie : une bonne séance de 15 minutes une fois par jour et vous pourrez dire au revoir au trop plein émotionnel !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la gestion des émotions grâce au yoga, je vous invite à découvrir mon programme de yoga et méditation en ligne Bonjour Émotions sur sa page dédiée. Je vous invite également à nous partager en commentaires votre expérience avec Matsyasana. Qu’avez-vous ressenti la première fois ? Vous est-il déjà arrivé de pleurer ?

More
articles

%d blogueurs aiment cette page :